• Le Romarin 

     

    010-copie-3.jpg

     




    Très connue ches les Anciens, cette plante toujours verte a donné naissance à de nombreuses légendes.

                                                                                 



      Plante aromatique devenue funéraire car son arome passait pour conserver le corps des défunts, et son feuillage toujours vert semblait un gage d'immortalité.
    On l'utilisait  souvent dans les cérémonies funéraires à la place de l'encens, trop coûteux.

      Chez les Grecs, le romarin était  "la fleur"  par excellence, mais ils lui donnaient aussi le nom de "libanotis", du nom d'un jeune prêtre Libanus frappé d'un coup mortel  dont on disait que de son sang répandu, naquit le romarin dont l'odeur d'encens rappelait ses fonctions sacerdotales.

                 


     
                                               

       Les Romains en ornaient le front des Dieux Lares et plaçaient une branche dans la main des morts.
    Des rameaux de romarin furent découverts dans les tombeaux égyptiens indiquant que cette coutume est très ancienne.

                                                                                



      Chez les chrétiens, une légende attribuait le bleu céleste de ses fleurs  au voile de la Vierge Marie.  
    Lorsque celle-ci se reposa sous un pied de romarin, lors de la fuite en Egypte, elle posa son voile sur le buisson  et les fleurs en prirent sa couleur.

      Une légende andalouse rapportée par Caballero , raconte que le romarin se met en fleurs le jour de la Passion, parce que la Vierge Marie a étendu le linge et les habits de l'enfant Jésus sur cet arbuste.
    Il porte bonheur aux familles qui en parfument la maison "en la noche buena."





      Il fut très à l'honneur au Moyen Age et considéré comme possédant de nombreuses vertus.
    Les Arabes, grands alchimistes, furent les premiers à en extraire l'essence et Raymond Lulle sut l'isoler et la mettre dans une solution alcoolique.

                                                                           



      Au XVIème siècle, le romarin fut célébre comme plante rajeunissante, grâce à l'Eau de la reine de Hongrie dont il était l'ingrédient le plus connu.

      Isabelle aurait retrouvé un corps de jeune fille après avoir fait une cure de cette boisson.

    Bien qu'âgée de soixante douze ans, paralysée, impotente, elle put grâce à cette eau, dont elle disait avoir reçu la recette d'un ange, retrouver santé, beauté et jeunesse.
    Elle fut alors demandée en mariage par le Roi de Pologne, dont elle aurait décliné l'offre par honnêteté.


                                                                           

    Le romarin est aussi un symbole  d'amour clair et sincère, de constance dans les sentiments.

                                                                           



    Il donne un parfum très particulier au miel appelé  "Miel de Narbonne" , et entre dans la composition des bouquets garnis avec le thym et le laurier pour aromatiser sauces, viandes et poissons.

                                                                            
    Il est stimulant, antispasmodique, cholagogue, stomachique, antiseptique et désinfectant.

     


                 
                                                                                     010-copie-3.jpg


    votre commentaire
  •  Le Laurier-sauce

     

     

    016-copie-1.jpg

     

     



    Le laurier est au règne végétal ce que le lion est au règne animal.
    Il est originaire d'Asie Mineure et son nom latin "laurus"  serait dérivé du celte lawer "  qui signifie verdoyant.
                                                        

                                                                               


    Son nom grec  "daphné ", vient de la nymphe du même nom.
    Daphné était l'objet des assiduités d'Apollon et appela les autres Dieux de l'Olympe à son secours.
    Ceux-ci changèrent les cheveux de la nymphe en feuilles, ses bras en rameaux et ses pieds en racines, pour la rendre méconnaissable aux yeux d'Apollon.

    En souvenir de ce récit mythologique, les Anciens donnèrent à cette plante le nom de " Laurier d'Apollon ".
                                                                          




    En Grèce, il servait à couronner les poètes mais était aussi symbole de gloire militaire, de victoire comme de paix obtenues par les armes.

     
    On lui prêtait aussi des pouvoirs de prophétie et des vertus magiques (éloigner la foudre) et médicales (préserver des maladies contagieuses).
    Le Dieu de la Médecine,  Aesculape , était représenté avec le front ceint de feuilles de laurier.

                                                                            


    Instrument de divination chez les Romains, il jouait aussi un rôle important dans les rites païens et les mystères religieux.
    C'était le seul arbre qui n'était pas frappé par la foudre, c'est pourquoi Tibère se couronnait de laurier pour en être préservé.
    Les médecins lui prêtaient de nombreuses vertus.

                                                                      



    Au Moyen Age, on le considérait comme la panacée. Hildegarde de Bingen l'utilisait contre les fièvres, la migraine, la goutte, les problèmes de foie....
    On le disait efficace pour éloigner les démons et la foudre !

                                                                         


    Aujourd'hui, le laurier ne représente plus la panacée universelle en thérapeutique et il ne ceint plus les fronts des militaires, des poètes et des rois, mais il règne toujours dans la cuisine !


    On l'utilise pour les marinades, les viandes et les poissons.

     

    016-copie-1.jpg


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires